Accueil Basket Sondage: en signant un naming, l’ASVEL a-t-elle vendu son âme au diable ?